«Peu importe le zèle des écologistes occidentaux, l’avenir de l’humanité se joue en Inde, en Chine et en Afrique»

Publié le 26/04/2021
Articlophile .com


Jean-Joseph Boillot: « Parce que tout va se passer dans ces régions, penchons-nous sur la manière dont leurs habitants abordent l’avenir et sur les sagesses qui les régulent Economiste et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), Jean-Joseph Boillot est spécialiste de l’économie indienne ainsi que du triangle émergent Chine-Inde-Afrique. Vous focalisez une grande partie de vos recherches et de vos réflexions sur le trio Chine, Inde et Afrique. Sont-ils les pays et le continent où se forgent le monde et les idées de demain ? C’est parce que tout va se passer dans ces régions qu’il est intéressant de se pencher sur la manière dont leurs habitants abordent l’avenir, sur les utopies qui les habitent et les sagesses qui les régulent.

De manière plus large, on constate, dans les pays émergents, une convergence vers plus de sobriété et de frugalité, vers un progrès plus humain. On peut toutefois dire que les pays africains, dans leur large diversité, sont animés par un idéal d’émancipation et d’unité qui prend corps dans un foisonnement d’expérimentations, au Kenya par exemple où l’écologie, l’émancipation des femmes et la démocratie sont des sujets dont s’empare la société civile. En Inde, il existe tout un mouvement qui conduit les paysans à se convertir à l’agriculture naturelle, en rébellion contre le productivisme agricole qui détruit les sols et la santé des habitants. Et de la confiance dans les autres, donc s’imprégner d’autres cultures en nous départissant des stéréotypes anxiogènes que nous portons sur ces mondes.

Chantre de la non-violence, il défendait une économie où la richesse est celle de la vie humaine, où la fin ne doit jamais justifier les moyens et où chacun a des devoirs vis-à-vis des autres. Il est devenu anti-écologique : on fait pousser des tomates dans des usines certifiées bio, alors que le fondement de départ était de retrouver une symbiose entre le naturel et son alimentation.

La Fabrique de l’Opinion