Articlophile.com - Republié ici le Lundi 16 Avril 2018

Le rôle du « Fonds Solidarité Habitat » dans la lutte contre l’habitat insalubre




La résorption de l’habitat insalubre et la mise en disponibilité de logements décents pour l’ensemble de la population marocaine figurent parmi les priorités nationales soulignées par le Roi Mohammed VI à l’occasion, notamment, de son discours prononcé en date du 21 août 2001. En effet, ce secteur subit d’importantes pressions de par le développement de l’urbanisation, dû en particulier à la croissance démographique et à l’exode rural. Aussi le souverain avait-il alors appelé à la mise en place d’un plan national de solidarité, en vue de mettre fin aux problèmes d’ordre social et humain que pose la prolifération des bidonvilles et de l’habitat insalubre.

Dès lors, les pouvoirs publics ont mis en place une nouvelle stratégie visant la résorption de l’habitat insalubre. Ladite stratégie est fondée sur quatre principes fondamentaux, à savoir, l’intégration d’opérations ponctuelles, la conclusion d’accords de partenariat entre les pouvoirs publics et les secteurs privés, la mise en œuvre de logements sociaux par les promoteurs privés, ainsi que l’implication et l’accompagnement social des populations habitant dans des taudis. Pour réaliser ces objectifs, l’Etat marocain a mobilisé plusieurs fonds de garantie et d’affectation spéciale en vue de financer les différentes opérations engagées pour lutter contre l’habitat insalubre. A cet égard, le Fonds Solidarité Habitat (FSH) fut mis en place en 2002. Filleul du Fonds social de l’habitat créé en 1984, le FSH a été instauré afin d’accroître les ressources financières attribuées au secteur de l’habitat. Aussi le FSH, composé essentiellement des dotations du Budget général de l’Etat et des recettes de la taxe sur le ciment, a-t-il permis de financer plusieurs projets dédiés à l’habitat social, dont le programme Villes sans bidonvilles.  

A cet égard, ce fonds d’affectation spéciale, se voulant un instrument efficace de lutte contre l’habitat insalubre, a permis, notamment aux institutions de micro-finance, de participer à la réalisation des objectifs fixés par le programme Villes sans bidonvilles, en facilitant aux bénéficiaires dudit programme l’accès au crédit. Aussi, les actions du FSH portent-elles particulièrement sur l’éradication des taudis en milieu urbain, intéressant plus de 201 550 foyers. De plus, les ménages à faibles revenus devraient bénéficier d’un programme d’habitat subventionné par le FSH, visant à produire 100 000 logements économiques par an.

En conséquence, des réalisations significatives ont été enregistrées en la matière. Ainsi, selon le Ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace, près de 70% du taux de réalisation du projet visant la résorption des habitats insalubres a été atteint en 2010, grâce en grande partie aux sommes importantes débloquées par le FSH.

A terme, le Fonds Solidarité Habitat participe d’un projet sociétal d’envergure qui tend à hisser le royaume chérifien aux rangs des démocraties citoyennes. Car le succès de toute réforme demeure subordonné aux avancées enregistrées dans le domaine socio-économique, étroitement accolé au quotidien des citoyens. Cela dit, les projets initiés sous les directives du Roi Mohammed VI révèlent l’attachement des acteurs publics et des différents intervenants à promouvoir et à améliorer les conditions de vie du citoyen marocain, lequel demeure, incontestablement, au cœur de toute initiative de réforme.


Notez

Articles | Notes